Entrez dans la plus célèbre académie de San Francisco.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lula Hope White ▬ Since I'm going to Hell. (uc)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula H. White

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 19ans.
Favorite Song: The Kills - Black Balloon.
Relations:

MessageSujet: Lula Hope White ▬ Since I'm going to Hell. (uc)   Jeu 16 Juin - 12:00



» Votre personnage :
(Nom de la célébrité : Alison Mosshart.)

Extravertie •• Attentionnée •• Têtue •• Lunatique •• Naïve

« Pourtant, elle était intelligente avant de tomber amoureuse ! »

    Poste Vacant : Oui ❒ Non x
    Double Compte : Oui ❒ Non ❒
    (Nom de votre/vos autre(s) compte(s) : Vote blanc 8D)


    Nom(s) : White
    Prénom(s) : Lula Hope
    Âge : 19 ans.
    Date & Lieu de naissance: 18 mars 1991 ; Salt Lake City (Utah).
    Fraternité : Psi Bêta Phi.
    Passion(s) : Musique, chant, dessin.
    Classe sociale : Moyenne.
    Orientation sexuelle : Bisexuelle.
    En couple ❒ Célibataire x


    » Raconte-Nous Une Belle Histoire. :

    Chapitre I - « Welcome to this crazy world. »


▬ Salt Lake City – 18 Mars 1991. A la clinique centrale, la panique avait pris le dessus. Une ambulance déboula rapidement dans le parking et on en sortit une jeune femme de dix-sept ans, enceinte jusqu’aux yeux, et en sang. Elle était inconsciente, et son mari, à ses côtés, lui tenait fermement la main. Bien qu’il soit lui aussi en sang, et en proie à de violents vertiges. Quelques minutes plus tôt, alors qu’ils étaient en visite chez des amis, sa femme avait perdu les eaux. Le bébé était prêt à venir au monde, avec deux semaines d’avance. Dans la précipitation, il installa sa femme sur le siège passager de sa voiture, et se mit à rouler. Vite. Trop vite. Il grilla de nombreux feux rouges. Et ce qui devait arriver, arriva. L’homme ne vit pas le camion arriver à toute vitesse sur sa droite. Il se le prit de plein fouet.

Quatre heures plus tard, on retrouva ce même homme dans les couloirs de l’hôpital. Il avait envoyé voir ailleurs, de façon peu civilisée, tout le personnel qui le priait d’aller soigner sa jambe en sang. Quand un médecin vint vers lui, l’homme alla à sa rencontre, au comble de la panique « Alors ? Comment va ma femme ?! » Le médecin planta ses yeux bleu dans ceux, d’un noir d’encre, de l’homme. « Nous sommes désolés. Nous n’avons rien pu faire. Elle a succombé à ses blessures dans l’ambulance, et nous n’avons pas pu la réanimer. Par contre, l’enfant… Monsieur, vous être l’heureux père d’une petite fille. » L’homme se fondit en larmes. Même lui n’aurait su dire si c’était des larmes de chagrin, ou de bonheur. Les deux, sûrement. Tout était confus. Le médecin l’emmena voir sa fille dans une salle à part. Les infirmières lui avaient fait prendre un bain. Qu’est-ce qu’elle était belle… Elle avait ses yeux. Ses yeux noirs. Et elle serait brune. Comme sa mère. Des cheveux brun foncé, pour ne pas dire noirs. Il la prit dans ses bras, sous le charme. « Lula… Lula Hope White. Bienvenue dans ce monde de fous, mon ange. »

    Chapitre II - « On devrait toujours dire avant, l'importance que les gens prennent, tant qu'il est encore temps. »


▬ Lula a par la suite été élevée par son père, qui a sombré dans l'alcool après la mort de sa mère lors de l’accouchement. Son enfance a été mouvementée par des fugues, des arrestations par la police. En quelque sorte, elle n'a pas été une enfant facile.

Et puis, il-y-avait Lux. Sa demi-sœur. Son père, qu'elle n'appelait plus papa depuis longtemps mais plutôt « Vieux connard de merde » ou « Baltringue dirigée par ses couilles » (Oui, toute la finesse de Lula Hope White était là.) s’était remarié après quelques années de déprime avec « Mademoiselle Parfaite ». Le genre de blonde à la beauté exaspérante. Lula se demandait, et encore aujourd’hui, ce qui avait motivé une femme à tomber si bas et à se marier avec un alcoolique. Ses raisons n’étaient pas l’argent. Ils n’en avaient pas beaucoup. Du moins, pas plus que n’importe qui d’autre. Alors quoi ? L’amour ? Non. Son père était le stéréotype parfait du pauvre type. Au chômage, alcoolique, calvitie bien avancée, bide à bière, aucun humour, vie sociale proche de zéro… Cette femme devait être sacrément désespérée. Rien que parce qu’elle avait épousé son père, Lula ne l’aimait pas. En fait, elle était surtout jalouse d’elle. Elle était belle, intelligente, drôle, talentueuse, elle paraissait toujours heureuse… Mais était terriblement conne de s’être marier avec un homme comme lui !

    Chapitre III - « Il y a des gens dont le regard vous améliore. C'est très rare, mais quand on les rencontre, il ne faut pas les laisser passer. »


▬ Lux & Lula, ça sonnait comme une évidence. Si elles ne s’étaient pas retrouvées demi-sœurs du jour au lendemain, elles se seraient trouvées autrement. Le destin les auraient fait se rencontrer. Elles étaient faites pour être amies, la question ne se posait même pas. Bien sûr, il y avait des hauts et des bas. Leur relation était assez explosive parfois. Toute deux avaient un caractère bien forgé, alors forcément, des engueulades éclataient à partir de rien. Ça criait, les objets volaient… Mais elles finissaient toujours par se réconcilier. Toujours. Même avec les crasses qu’elles se sont faites. Et dieu sait comment elles ont été nombreuses et tout aussi horribles les unes que les autres.

« Un ami, c'est un être qui ne doute jamais de vous, qui ne vous demande rien et qui est prêt à tout vous donner. C'est un cœur large qui oublie et pardonne tout. Un ami, c'est la perle rare au fond des mers. »

    Chapitre IV - « La vie devient une chose délicieuse aussitôt qu'on décide de ne plus la prendre au sérieux »


▬ La rencontre de Lula avec Lux n’a pas arrangé les choses. Cela dit, elle ne les a pas aggravés non plus. En fait… Lula était vouée à enchainer les conneries. Qu’importe ce qui aurait pu se passer, elles les auraient toutes faites. Faire le mur pour sortir en boite par la fenêtre, fumer des joints et se faire griller, baiser n’importe qui, tenter de se suicider, balancer un seau d’eau sur son grand-père qui lisait paisiblement, faire des doigts d’honneurs aux touristes, … Seule ou en groupe, elle faisait n’importe quoi. Mais il ne faut pas croire que Lula est une garce, loin de là. Elle est très intelligente, et a un cœur énorme. Elle sait quand elle peut, et quand elle ne peut pas faire de conneries. Par exemple, elle n’irait jamais faire de crasses à quelqu’un qui a l’air d’aller mal, ou à une vieille personne. Elle a ses principes, et elle y tient. Sinon, à quoi ça servirait de vivre si c’est pour faire le mal ? S’amuser, ça a des limites. Même si parfois elle avait du mal à les voir, ces limites. Et dépassait souvent les limites de la connerie. En soirée, ou autre.

    Chapitre V - « Quand on a perdu une chose importante, quelle qu'elle soit, on peut pratiquement perdre tout le reste. Et le reste, ce n'est pas grand chose. »


▬ « Pendant des mois, je me suis cognée partout. Je ne faisais attention à rien et je me suis cognée de partout. Plus j'avais mal, plus je me cognais. [...] Mais je me trompe. Ce n'était pas de la vaillance, c'était de la connerie : parce que je croyais qu'il reviendrait. J'y croyais vraiment. »

Lula, pendant plusieurs mois, a vécue au rythme des repas. Petit-déjeuner, état de légume, repas de midi, état de légume, soupé, dodo. Comme ça, tous les jours. Elle ne faisait plus attention à rien. Ne s’intéressait plus à rien. Elle s’était éteinte. Sa vitalité l’avait quitté. A cause de quoi, ou plutôt, de qui ? Un homme. Un certain Keith. Il lui avait brisé le cœur. Lapidé. Crucifié.

« Ton absence est entrée en moi comme une petite mort qui ne cesse de creuser son chemin. »

Vous savez comment ça se passe quand on est à la fac... On écume les bars étudiants, on se saoule jusqu'à ne plus savoir marcher et on finit dans le même lit. Et bien c'est exactement le même schéma pour Keith et Lula. A la différence, qu'ils sont devenus très amis par la suite. Au lit comme à l'université, les deux jeunes gens sont inséparables et très complices au grand désespoir des autres filles qui aimeraient approcher d'un peu plus près Keith. Sauf que pas de bol, en plus d'être méchante et cruelle, Lula est aussi très possessive ! Et n'hésitait pas à sortir les griffes. Jusqu’à ce que monsieur se lasse. Pour lui, ça n’avait été qu’un jeu. Au départ, ça l’était pour Lula aussi. Puis son cœur de femme s’était accroché à lui. Jusqu’à se brisé quand il lui a annoncé qu’il en avait marre de tout ça, et qu’il avait besoin de changer d’air.

Alors, elle a tenté de mettre fin à ses jours.

« Non. Je ne manquerais nulle part, je ne laisserais pas de vide. Les métros continueront à être bondés. Les restaurants comblés. Les têtes bourrées à craquer de petits soucis. Je glisserais hors du monde et il est resteras plein. Comme un œuf. Il faut croire que je ne suis pas indispensable. J'aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu'un. A propos, je t'aimais. Je te le dis à présent parce que ça n'a plus d'importance. »

    Chapitre VI - « Nous avons tous des moments de profond désespoir. Mais lorsqu'on décide d'affronter le problème, on en ressort plus fort. »


▬ Du jour au lendemain, Lula s'est retrouvée à San Francisco Academy. Autant vous dire que ça été le dépaysement total. Elle qui était habituée à voir les montagnes enneigées depuis la fenêtre de sa chambre… Mais son père en avait eu assez de son attitude de rebelle, de ses fugues, de ses réponses isolantes. Il l’a alors envoyé en internat. Dans une académie assez prestigieuse cependant. Elle restait sa fille, il voulait quand même son bien. Et puis, c’est ce que sa mère aurait voulu.
Alors, malgré les cris, et les tentatives de Lula pour négocier, il lui acheta un billet d'avion pour San Francisco. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'était que Lux voudrait en faire autant. Elle inventa une histoire comme quoi elle voulait absolument faire ses études dans une belle académie comme celle-là, et qu'il y avait pile l'option qu'elle rêverait de faire. Bien sûr il y avait vu clair dans son petit jeu, et ce, dès le début. Mais il accepta. Sa femme eut plus de mal à accepter, mais la laissa finalement faire. Et c'est ainsi que Lux & Lula débarquèrent à San Francisco Academy.



    » Q[b]uestionnaire :


"I have a dream" - Quel est le vôtre ? Faire de la musique 24h/24. Des tournées à en crever.
La famille, un sujet controversé, on y croit, on n’y croit plus, on n’y a jamais cru ? Je n'y crois plus.
La religion, vôtre avis ? Êtes-vous religieux ? Si Dieu existe, j'espère qu'il a une bonne raison.
▪ La fin du monde en 2012, réel avenir ou connerie du siècle ? Les météorites qui tombent que sur les cons, ça existe ?
▪ Que pensez-vous des homosexuels ? Ça vous rebute, ça vous inspire ? Bien que je ne sois pas homosexuelle, j'aimerais bien. Rien que pour faire chier les gens.
▪ Et les polygames (plusieurs compagnons) ? Pourquoi pas ?
▪ La cigarette, les drogues, l’alcool, c'est dangereux ? Qu'est ce que devrait faire l'État ? Baah... On a qu'une vie. On est tous destinés à crever, alors bon, qu'est ce que ça change ?
▪ Les transports en commun : Vous les prenez, vous ne savez pas de quoi je parle, vous avez envie de les brûler ? Bien pratique. Pas cher.
▪ Votre insulte préférée ? Bordel de merde !
▪ Vôtre plus grosse gaffe, c’était quoi ? ... Oh, une mouche !
▪ Si vous pouviez être un animal, vous seriez lequel ? Pourquoi ? Une grosse vache ! ... Nan, franchement, j'en sais rien.
▪ Quelle est la chanson qui vous met de bonne humeur ? Phil Collins - On My Way. ♬
▪ Où aimeriez-vous aller vivre ? On the moon !
▪ Quel personnage de film vous correspond le plus ?
Je doute que ma personnalité tienne dans un scénario...






» Me, Myself & I.


Prénom : Phil (Collins)
Âge : Aucune idée.
Comment êtes-vous atterri ici ? Because I was... On my waaaaaaaaaaaaay !
Et que pensez-vous de SFA ? Fun.
Est-ce votre premier RPG ? Noui. (HAHAA !)
Si non, veuillez nous donner un exemple de vos RP dans le spoiler (+ lien du forum). Pour voir votre niveau.


Spoiler:
 

Code (à trouver dans le règlement) : OK by Conrad. HAKUNA MATATA !
Un dernier mot ?
The Hives rules the world !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conrad J. Reed
» Meg : Admin Suprême
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 13/02/2010
Age : 22
Localisation : San Francisco !

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Favorite Song: Underclass Hero - Sum 41
Relations:

MessageSujet: Re: Lula Hope White ▬ Since I'm going to Hell. (uc)   Mer 22 Juin - 19:06

Tout est bon !

Je valide le tout. :B
OK by Conrad.

- - - - - - - - - - - - - - - - -


'Til that day you came along.
My heart was empty,
Like the soul was missing from a song.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanfrancisco-academy.forumactif.com
 
Lula Hope White ▬ Since I'm going to Hell. (uc)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un geste humanitaire de Lula devant une loi barbare.
» Lula ap pouse pyon. Konpatryot w'ap tande. Se trè byen. Le débat promet
» Lettre de protestation d'un haitien au président Lula du Bresil
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco Academy :: + Administration :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: