Entrez dans la plus célèbre académie de San Francisco.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Ethan C. Poynter

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan C. Poynter

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Âge: 21ans.
Favorite Song: The Offspring - You Gonna So Far Kid
Relations:

MessageSujet: Ethan C. Poynter   Jeu 23 Sep - 14:47



» Votre personnage :
(Nom de la célébrité : Dougie Poynter.)



Colérique •• Maladroit •• Hilarant •• Fidèle.

« L'homme a créé des dieux ; l'inverse reste à prouver. »

    Poste Vacant : Oui [] Non [x]
    Double Compte : Oui [x] Non []
    (Nom de votre autre personnage : Chelsea J. Reed & Brian J. McQueen -Met en marche ta cervelle :D-)


    ▪ Nom(s) : Poynter
    ▪ Prénom(s) : Ethan Caesar
    ▪ Âge : 21ans
    ▪ Date & Lieu de naissance: 13 septembre 1988 ; Los Angeles (Californie).
    ▪ Fraternité : Thêta Kappa Psi
    ▪ Passion(s) : Musique. Musique. & Musique.
    ▪ Classe sociale : Moyenne
    ▪ Orientation sexuelle : " C'est quoi ton type de femme ? Vivantes. "


    » Raconte-Nous Une Belle Histoire. :
1- « Je suis né à Los Angeles le 13 Septembre 1988. Le vendredi 13 Septembre. »

Je suis né sous le mauvais signe. Dans la mauvaise maison. Avec des mauvais parents. J'ai pris la mauvaise route, vers les mauvais comportements. J'étais au mauvais endroit au mauvais moment. Sans rime ni raison. Le mauvais jour d'une mauvaise semaine. J'ai utilisé la mauvaise méthode et la mauvaise technique.
Quelque chose cloche avec moi. Et cela ne peut être qu'héréditaire. Le mauvais mélange et les mauvais gènes. Je suis parvenu aux mauvais buts par les mauvais moyens. J'étais le mauvais instrument entre les mauvaises mains. Le mauvais théorème pour le mauvais sujet. Les mauvais mensonges et les mauvais pressentiments. Les mauvaises questions et les mauvaises répliques. Je marchais au mauvais rythme. Avec la pire racaille. Dégageant une mauvaise énergie. J'ai utilisé les mauvaises lignes, et les mauvaises lettres. Avec les mauvaises vibrations. J'étais à la mauvaise page du mauvais livre. Avec la mauvaise interprétation du mauvais lien. Je faisais les mauvais gestes toutes les mauvaises nuits. Dans le mauvais ton jusqu'à que cela sonne juste.
    I was born with the wrong sign, In the wrong house ♪


2- « Mon corps est une toile vierge dont je dispose totalement, j'envisage tous les moyens de modifications pour que mon corps soit le reflet de ma personnalité »

J'ai été hétéro. Je suis bi. Demain je serais peut-être homosexuel. J'ai été dépressif. J'ai été dépendant. J'ai été indépendant. Je suis fumeur. J'ai tiré sur des bangs. J'ai fumé des cigarettes. Des joints de Shit'. Des Weed. Des purs Weed. Je n'ai jamais goûté au reste. Je goûterais un jour à tout. J'ai dormi chez lui, chez elle, chez un pote, dans une tente, à la belle étoile, dans une voiture, aux urgences. J'ai été en cours. J'ai séché les cours. J'y suis allé sobre. Défoncé. J'ai eu des bonnes notes. J'en ai eu des mauvaises. Mon rêve est de faire de la musique. J'ai bougé à pied, en stop, en scooter, en voiture, en bateau, en avion, en bus, en tram, en vélo, en roller, à cheval, en train. J'ai travaillé. J'ai rien glandé. J'ai été à des concerts. J'ai fais des concerts. Je ferais des concerts. J'ai été voir des pièces de théâtre. J'en ai joué. Je me suis battu des tas de fois. J'ai perdu. Mais j'ai souvent gagné. J'ai eu un monde. J'ai ma bulle. J'ai un tatouage au poignet. Plus tard le labret. Des tatouages sur tout le corps. J'ai pris des antidépresseurs. Des somnifères. D'autres cachets. J'ai eu une bande de potes. J'ai été antisocial. J'ai eu des potes. J'ai des amis. J'ai fait des boums. Je fais des soirées. J'ai bu des bières. Du Get. Des mélanges. De la Vodka. J'ai écouté de la musique commerciale. Du métal. Du reggae. De la variété française. Du punk. De la musique classique. Du swing, manouche. Du Drum'n'bass. Du hip hop. Du rap. Du Hardek. De l'Electro. Je me noie dans tout. J'étais chez moi auprès de mes parents dans leur maison. Aujourd'hui mon chez moi c'est les Festivals, la route, les tekos, des trips, du son. J'ai eu un cœur de pierre. Aujourd'hui trop fragile.



3- « You make me wanna die. »

Il y a ces petites choses qui finissent par exploser, ces petites choses insignifiantes qui vous bouffe de l'intérieure comme une putain de maladie ou des putains de sentiments. Il y a aussi les petites choses auxquelles on ne s'attend pas et qui arrivent, plus grosses qu'on ne le croit. Cela peut être l'amour, la colère, la haine, la peur, la frustration, la naissance, la mort, la souffrance et beaucoup de chose encore.

Je marchais lentement dans les couloirs du lycée. Jetant des regards moroses aux derniers retardataires qui se pressaient pour aller en cours. Il était 8h13. Et j'avais donc 13 minutes de retard. Treize. Le mauvais chiffre, pour le mauvais garçon qui a fait les mauvais choix, pour en finir avec une mauvaise vie. Qui va se finir. Bientôt. Je n'ai qu'a monter sur le toit. J'y suis souvent aller. La vue y est magnifique. On y voit tout San Francisco. La nuit, quand je ne trouvais pas le sommeil, j'y allais, et je voyais tout. Les étoiles, les lumières de la ville, ... Avec ce silence. C'est dans ces moment-là que je me sentais enfin bien. Moi-même. Plus la peine de jouer mon personnage. De faire celui qui va bien. Le musicien Play Boy qui fait craquer toute les filles rien qu'avec un clin d'œil. Mais je n'avais pas besoin de ça. J'avais besoin d'une épaule. Quelqu'un à qui me confier. Même si je ne me l'avouerait jamais. Je pouvais m'en tirer seul. Même si là...

- Vous êtes en retard Poynter ! D'où venez-vous ?
- Du singe, s'il on en croit les démocrates...
- Vous... Revenez ici Poynter ! Deux heures de colle !


Tes heures heures, tu peux te les foutres où je pense. Je me retournai en m'éloignant, et en lançant un "Ta gueule, pétasse mal-baisée !". Ouah. Depuis le temps que ça me démangeais ça. Fallait bien que quelqu'un le dise un jour, bordel ! Je me risquais un petit coup d'œil. La vieille pie était clouée sur place, la bouche grande ouverte, choquée par mon langage. Un petit cri strident retentit derrière moi "Troiiiiis heures de colles si vous ne revenez pas Poynter !!" Je me retourna alors, et lui lança un regard assassin. "Toi la vielle, si tu dis un mot de plus, mon pied emménage dans ton cul !". Et Bam.
Et je lui retourna le dos une unième fois, tandis que le bruit de ses talons retentissait derrière moi, allant dans la direction opposée. Vers le bureau du directeur. Même pas capable de réglé ses problèmes toute seule... Moi, j'en étais capable. Et j'avais enfin trouver LA solution à mes problèmes. A tout mes problèmes. La seule issue possible à vraie dire. Et elle se trouvait sur le toit. Sur le sol. Dans mon sac. Au beau milieu de la route. J'allais mélanger ces quatre solution. Pour être sûr de ne pas me louper, cette fois. Je monta rapidement les escaliers, mon cœur battant à la chamade contre ma poitrine. Était-il conscient que dans quelques instants, il cesserait de battre ?
Je sortis de mon sac un peu de poudre blanche, dans un petit sachet en plastique. Je sifflotais en versant la poudre sur le rebord du toit. D'un coup, j'aspirai toute la coke par le nez. Je souris ivrement lorsque celle-ci commença immédiatement à faire effet. Ça y est, je me sentais bien. Mais, conscient que ça n'allait pas durer, je me levai et m'approcha du bord du toit. Je regarda en bas. J'aurais été incapable de dire à combien de mètres j'étais, mais suffisamment haut pour ne pas me rater cette fois. "Goodbye fuckin' world. "J'inspirais profondément et avança mon pied droit dans le vide. Je bascula en avant. Puis en arrière. Avant que ma tête n'heurte le sol. Brusquement. Trop tôt. Beaucoup trop tôt. J'ouvris les yeux. Un visage était penché sur moi. Pourquoi j'étais toujours sur le toit bordel ?

- Pourquoi je suis toujours sur le toit, bordel ?!

(Oui, c'était une manie de dire toujours tout ce que je pensais.)
La personne qui se tenait devant moi me gifla. Sous l'effet de la drogue, je bascula, et heurta une deuxième fois le sol. Aie. Je me redressa maladroitement. "Mais ça va pas ?! Enfoiré !". Si j'avais été dans mon état normal, je l'aurais foutu à terre celui-là !

Cinq ans après, je béni le ciel de m'avoir envoyer Swen. Un ange tombé du ciel. Qu'aurais-je fais sans lui ? Rien justement, je serais mort... Il m'avait littéralement sauver la vie. Depuis ce jour, il était mon meilleur ami. Je sais tout de lui. Il savait tout de moi. Pour rien au monde je ne voudrais le quitter. Putain, un mec comme ça... Il n'y a même pas de mots qui pourraient convenir pour décrire à quel point je tiens à lui. Toujours là pour me remettre dans le droit chemin. Et dieu sait combien de fois je dérapais ! Je m'étonnais chaque jour qu'il n'en ait toujours pas marre de moi, et de mes conneries chaque jour un peu plus idiotes, et folles.



4- « Les gens sceptiques, là ils se prennent un concert dans la gueule. »

Rock . Punk . Grunge . & Fuck .
Le rock est fragile, il doute, il est toujours sur la brèche, avec ses problèmes de mal-être, de drogue... Il se consume de l'intérieur, c'est pour ça qu'il ne peut être que sincère.

C'est sans doute aussi pour ça qu'Ethan se sent aussi proche de lui. C'est un musicien-né. Depuis tout petit il joue. Batterie, guitare, piano. Voilà les trois instruments qu'il préférait. Et qu'il jouait à merveille. Il pouvait passer ses journées à inventer de nouveau morceaux, à remixer ses chansons préférées, à écrire de nouvelles chansons, à s'entrainer avec sa voix.
Avec son meilleur ami, Swen, il a finit par monter un groupe. Après avoir longuement hésiter sur le nom du groupe, ils ont fini par le nommé Green Day. En référence à leur penchant pour la Marijuana. Ils ont ainsi mit de côté le nom Ashtray Heart, qu'ils aimaient tout les deux, mais qui faisait trop... Déprimant. Trop gothique. Mais qui était beau, en fin de compte.
Aujourd'hui, le groupe, qui n'était connu que dans leur ville natale, Los Angeles, commence à se faire connaitre dans toute la Californie.

Punk est la meilleur éducation que j'ai jamais eue.



5- « Je vais bien, ne t'en fais pas. »

J'vois pas le bon côté des choses, j'vois que l'mauvais et je m'explose à p'tite dose, je m'expose à ne plus n'avoir rien que des regrets, mais ça m'énerve, ça me gonfle, ca me prends l'bide, faut pas que je me dégonfle, mais c'est speed ; faudrait que j'trouve un genre de plan pour faire que les choses aillent mieux, et un moyen d'être heureux. Je perds pied j'm'enfonce, y'a plus rien qui m'soutiens, même si je cherche pas de réponses quand j'me défonce au chagrin. Je sais plus faire la fête, mais c'est con, faudrait plutôt que j'm'inquiète d'une raison, pour faire que les choses aillent mieux, et un moyen d'être heureux. Je joue avec le feu, la tête en état d'âme, et je fais de mon mieux pour me descendre en flamme. Je me suis comme mon ombre et c'est à perdre haleine, à chaque fois que je compte le nombre de faux pas que je me traine. Ce qui passe sur moi n’a pas un beau visage mais on dirait que j'ai plus que ça à offrir en partage. Ça doit être ma pénitence, une sorte de punition. Un genre de preuve dans l'existence dont faudrait que je fasse l’initiation. Je me tape des coups de barre à me filer des crampes, et je suis passé maître dans l'art de me coller des trempes. Je m'excuse plus d'être amer par excès de politesse, et quand je m'use de colère c'est pas exprès, par faiblesse. Je tue le temps par habitude, je respire pas j'me fume, et c'est devenu une attitude d'avoir le cœur en brume. Et même si je tourne pas rond, je sais trop bien la fin, avant que je touche le fond je n'irais pas bien loin. C'est au dessus de mes forces, mais c'est sans importance, au rythme où ça se corse, de tenir la distance. Je bluffe pas j'me couche, c'est un jeu de malade, de prendre ce qu'il faut comme douche pour garder l'esprit crade. J'ignore si c'est un comble, au point ou ça me mine, de devoir mettre tout de fond en comble dans un champ de ruine. Je m'essouffle et j’étouffe, il faut que je souffle un peu. Que je trouve vite un genre de plan pour faire qu'les choses aillent mieux...

Ne t'en fais pas, tu ne me verra qu'avec le sourire aux lèvres.


    » Physique :


C'est relatif. Je suis beau. Je suis laid.
Mais, de toute façon, la beauté n'existe pas. Ce n'est qu'une affaire de goût.

    » Caractère :


« Elle regardait les garçons répéter, elle découvrait l'univers des tournées et ça lui plaisait bien. Elle s'était assise par terre, pas loin de d'Ethan en bordure de scène et l'observait en train d'accorder sa guitare. Évidemment elle trouvait Ethan attirant, comme toutes les fans en fait. Mais ce qui la troublait le plus chez lui, là où ses yeux ses fixaient, c'était sur les mains d'Ethan. Il avait de grandes mains, des doigts assez fins pour un homme et ses ongles étaient rongés comme ceux d'un ado angoissé. Elle observait sa main gauche qui glissaient méthodiquement sur les cordes, la droite tenait une cigarette à peine fumée mais déjà bien entamé. Il avait les mains douces.
Elle le savait puisqu'elle avait souvent joué avec sa peau. C'était peu de choses, des effleurements, des caresses. Un jeu tout au plus.

Ethan sentait son regard sur lui, il siffla en sa direction et lui lança un sourire charmeur. Il posa sa guitare par terre, porta sa cigarette à ses lèvres et après une dernière bouffée jeta le mégot par terre. En marchant en direction de la jeune femme, cette dernière se dit que le guitariste ne faisait vraiment pas son âge, il avait garder cet air d'éternel adolescent. Oui Ethan était beau, il avait un charme indéniable, peut être le fruit de sa démarche, de son sourire, de sa voix un peu grave et rocailleuse les jours où il fumait un peu trop.
    - Princesse, à force de me mater comme ça tu vas m'user !
    - Je ne m'inquiète pas pour toi ! Même si ça arrive tu seras toujours le chéri de ses dames !
    - Et si là, je veux juste être ton chéri ?
    Lanca t'il d'une voix plus basse

Elle le regarda dans les yeux pour y déceler la moindre trace de sincérité. Mais elle détourna la tête rapidement, c'était trop risqué.
Pourtant Ethan n'avait pas envie de s'arrêter en si bon chemin.
    - Alors, repris t'il d'un ton plus aguicheur, pourquoi tu me regardais ?
    Tu veux jouer ? Jouons.
    - Je regardais ton corps d'Apollon !
    - Ah oui ? Et des pensées coquines te traversaient l'esprit j'imagine !
    - Évidemment... Si tu savais...
    - Dis moi tout mon enfant.

C'était un jeu tellement tentant quand c'était Ethan le partenaire. C'était le goût du risque, puisqu'avec lui tout pouvait basculer en une fraction de seconde. Elle ne maitrisait pas le balancier quand il était là. Voilà pourquoi elle aimait Ethan. Pour le risque, l'excitation, son côté charmeur, aguicheur, sa façon de la draguer ouvertement, le jeu verbal, le jeu physique. Ethan et son sourire de beau gosse, Ethan et ses groupies, Ethan et ses faiblesses qu'on devinait sans jamais pouvoir les découvrir.

Il s'approchait d'elle comme un animal qui traque sa proie. Elle était dominée avec lui et elle détestait ça autant qu'elle le provoquait. Son dos heurta la fraicheur du mur des coulisses. »



» Me, Myself & I.


[size=12] Prénom : So'
Âge : Pouêêêt ! :D
Comment êtes-vous atterri ici ? Grâce aux voix du Seigneur Tout-Puissant. Amen !
Et que pensez-vous du forum ? I wanna fuck you :B
Est-ce votre premier RPG ? Nein.
Code (à trouver dans le règlement) : Valide By' Myself.
Autre chose ?
BORIS JARDEL, VEUT TU M'ÉPOUSER ? *-*

- - - - - - - - - - - - - - - - -

[list] Does it feel better than love?
Turn away, Turn away
Close your eyes,
You can run away ♪

[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stones

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 15/02/2010

Feuille de personnage
Âge: 20
Favorite Song:
Relations:

MessageSujet: Re: Ethan C. Poynter   Jeu 23 Sep - 19:42

Bienvenue à ce nouveau perso ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan C. Poynter

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Âge: 21ans.
Favorite Song: The Offspring - You Gonna So Far Kid
Relations:

MessageSujet: Re: Ethan C. Poynter   Jeu 23 Sep - 19:55

Thanks :)

- - - - - - - - - - - - - - - - -

[list] Does it feel better than love?
Turn away, Turn away
Close your eyes,
You can run away ♪

[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ethan C. Poynter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ethan C. Poynter
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]
» Ethan Hudson
» Ethan dégage, voici Liam, pour votre plus grand plaisir ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco Academy :: + Administration :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: